Depuis hier, le 15 mars 2017, le fleuve Whanganui, troisième plus long cours d’eau de la Nouvelle-Zélande, a obtenu un statut unique au monde par le parlement du pays. Il est aujourd’hui considéré comme une entité vivante dotée de droits et d’intérêts défendables juridiquement.

Le fleuve Whanganui

Le fleuve Whanganui, considéré comme sacré par les Maoris, a récemment été reconnu comme une Te Awa Tupua (« entité vivante à part entière ») par le Parlement de la Nouvelle-Zélande. Une telle décision signifie que le cours d’eau sera doté d’une « personnalité juridique ». « Il aura sa propre identité juridique, avec tous les droits et les devoirs attenants », a expliqué le ministre de la Justice, Chris Finlayson. Par ailleurs, cette approche est unique, car c’est la première fois qu’un fleuve obtient officiellement le statut juridique d’une personne légale.

Le fleuve en question
Le fleuve en question

Le statut d’entité vivante à part entière

Whanganui est désormais doté de droits et d’intérêts. Concrètement, les intérêts du fleuve seront défendus par un avocat représentant la tribu locale, appelée les Iwis, une communauté locale maori ayant de forts liens ancestraux et culturels avec le fleuve, et un avocat désigné par le gouvernement.

« La nouvelle législation est une reconnaissance de la connexion profondément spirituelle entre la tribu et son fleuve ancestral », révèle Chris Finlayson. Afin d’assurer sa protection, les deux parties ont dû se mettre d’accord sur les différentes caractéristiques qui font toute la valeur du Whanganui ainsi que sur une stratégie de développement qui contentera toutes les parties prenantes.

Sponsor

LAISSER UNE RÉACTION

Maintenant, c'est à vous de réagir !
Entre ton nom ici