Le chef Thierry Marx, réputé pour sa cuisine moléculaire, a ouvert mardi une brasserie dans un pavillon classé de l’hôpital Edouard-Herriot de Lyon, une “première” dans le milieu hospitalier, selon les Hospices Civils de Lyon (HCL).

Une brasserie à l’hôpital

L’ouverture de “La Villa par Thierry Marx” s’inscrit dans le cadre d’une planification de rénovation des espaces restauration et boutiques, lancé au printemps 2016 avec le groupe Lagardère Travel Retail sur la vingtaine de sites des HCL dans la région lyonnaise.

Un projet intrigant

Mais ce nouveau programme intrigue surtout pour sa localisation. “La Villa” a en effet pris ses quartiers dans un espace de 160m², au sein de l’hôpital Edouard-Herriot. Du jamais vu dans le monde hospitalier. Lagardère Travel Retail, avec qui Thierry Marx a ouvert le restaurant “L’Etoile du Nord” en gare de Paris Nord, est en charge d’un projet de rénovation des espaces des Hospices civils de Lyon. La filiale du groupe Lagardère a déjà diversifié l’offre de restauration avec les salons Starbucks et So!Coffee, mais aussi l’installation d’un supermarché Casino Shop, d’un Relais H et de l’enseigne “Chez Jean”.

“Souvent on dit qu’on mange mal à l’hôpital! Pour les gens qui viennent consulter ou voir un autre patient, c’est du bon sens d’avoir un restaurant ici”, a fait valoir le chef lors d’une visite de presse. Les personnes hospitalisées n’y auront toutefois pas accès, faute de connexion avec les cuisines de l’hôpital.

Une cuisine populaire et novatrice

Le restaurant de 160 m2 sur deux niveaux a pris place dans d’anciens locaux administratifs, classés aux monuments historiques, à l’entrée de l’hôpital. Sa recette, selon Thierry Marx: “un jeune chef, une jeune équipe”, six en salle et six en cuisine; “une cuisine simple, très tournée vers les produits du marché, en circuit court”, à l’image d’un saucisson brioché ou d’un poulet au vinaigre.

“J’aime le terme populaire car c’est quelque chose de simple et qui rassemble”, a ajouté le chef qui vise “en moyenne 80 couverts par jour, midi et soir, pour un ticket moyen de 25 euros”.

Pour Luc Fabres, directeur des affaires domaniales, les HCL voulaient “proposer plusieurs gammes de restauration” sur leurs sites, du sandwich debout à la restauration assise, avec une “offre de qualité” pour améliorer leur image auprès de patients “qui viennent parfois de très loin pour se faire soigner”.

.

Les HCL ont consenti à Lagardère Travel Retail une autorisation d’occupation pour 14 ans sur l’ensemble du CHU pour un investissement de 7 millions d’euros pour l’ensemble des sites.

Sponsor

LAISSER UNE RÉACTION

Maintenant, c'est à vous de réagir !
Entre ton nom ici