Destiné aux pays sous-développés ou touchés par des catastrophes naturelles, un ingénieur français à mettre au point une invention géniale !

À quelques semaines des événements en Haïti, Jean-Paul Augereau, un ingénieur à Nantes à trouver un moyen de remédier à un enjeu vital pour les populations touchés par l’ouragan Matthew. Cette fontaine à eau spécialement adaptée aux pays sous-développés répond à un besoin majeur.

Nous avons mis au point une fontaine à eau qui fonctionne sans électricité, produits chimiques ni maintenance. Elle est capable de potabiliser 1 m3 d’eau par heure, soit les besoins journaliers de 1.000 personnes

explique Jean-Paul Augereau, le dirigeant d’Opuntias.

Le principe est dans le filtre.

Son invention est un cube révolutionnaire : Le Safe Water Cube qui transforme l’eau contaminée en une eau potable.
Le principe de fonctionnement de la fontaine en inox  est simple et peut être facile d’utilisation pour tous. Après avoir versé de l’eau dans le réservoir et après avoir donné un peu d’huile de coude en actionnant une pompe manuelle, l’eau trouble devient limpide rapidement et vous pouvez la boire sans le moindre risque. L’eau est filtrée 5 fois avant de pouvoir être bue. Cette fontaine ne nécessite pas de fonctionnement. Son créateur raconte dans 20minutes qu’il suffit de la rincer avec un peu d’eau et de vinaigre et le tour est joué.

Ces propriétés intéressent de nombreuses ONG.En effet dans certaines régions les populations n’ont pas accès à l’eau potable. Jean-Paul Augereau pense notamment aux villages reculés. D’après l’Unicef près de 750 millions de personnes n’ont pas accès à l’eau potable.
Certes, il existe des systèmes utilisant des panneaux solaires où il n’y a pas besoin de pomper. Mais en cas de déluge comme la semaine dernière en Haïti, plus rien ne fonctionne. L’appareil est donc plutôt malin. Actuellement, 15 fontaines à eau de ce type sont construites à la hate dans une entreprise nantaise. Elles seront acheminées en urgence vers Haïti qui vient de subir un nouvel ouragan. Les pompes de cet ingénieur français alimenteront en eau potable 10.000 personnes dans les villages. L’opération de 70.000€ est financée par Nantes Métropole, engagée depuis 2010 dans des programes de coopération décentralisée.

Ce cube magique qui rend l’eau potable a déjà été utilisé au Sri Lanka et au Bénin, lieu ou le premier prototype à été utilisé. Son inventeur, Jean-Paul Augereau ne compte pas s’arrêter là. Il vient de créer une association pour recueillir des fonds “Agir ensemble”. On peut les contacter en allant sur les réseaux sociaux.

Dans le monde, deux machines seront installées en Côtes d’Ivoire pour l’association de Didier Drogba et deux au Sénégal. Nous avons aussi en projet l’installation de 350 fontaines eu Cameroun et 110 au Bénin.

Quand on va sur place, on se rend compte que l’arrivée de la Safe Water Cube est fabuleuse pour les habitants concernés », se réjouit Jean-Paul Augereau dans le 20minutes. « Ils sont bien conscients de leur situation et comprennent tout de suite les changements dans leur vie que la machine peut procurer. »

Une entreprise de Vannes

Basée à Vannes, Opuntias est spécialisée dans les stations automatisées de recyclage et de traitement des eaux sans produits chimiques. La PME morbihannaise lance une nouvelle activité après avoir développé un modèle inédit de fontaine à eau parfaitement adapté aux régions où l’accès à l’eau est difficile car elle permet de potabiliser les eaux de rivière, de puits ou de mare sans électricité ni maintenance.

D’un coût unitaire de 3.500 €, la fontaine à eau « Safe Water Cube » d’Opuntias répond à des problématiques fortes de l’Afrique mais aussi de pays comme le Sri Lanka et le Mexique où l’entreprise est déjà présente. La clientèle visée concerne les organisations humanitaires, fondations et collectivités locales (y compris françaises dans le cadre de jumelages).

Safe Water Cube
L’équipe autour du Safe Water Cube

Un passif déjà chargé pour Opuntias

Concernant ses autres activités historiques, Opuntias a déjà installé 40 stations de recyclage et de traitement des eaux dans des élevages, ainsi qu’une douzaine pour l’agroalimentaire, plus particulièrement dans la filière légumes, très consommatrice d’eau. La PME espère en installer 30 à 40 supplémentaires d’ici fin 2016.

Source : Europe 1, 20 minutes, Bretagne innovation, MCE Ma chaine étudiante.

Sponsor

LAISSER UNE RÉACTION

Maintenant, c'est à vous de réagir !
Entre ton nom ici