Le stockage de l’électricité produite par des éoliennes n’est pas chose nouvelle en France. Mais voici que cette électricité, à peine produite, sera immédiatement transformée en hydrogène… qui alimentera des voitures zéro émission.

Dans l’Aisne, au nord de la France, se développe peut-être, non seulement l’énergie mais aussi la mobilité de demain.

Voitures à hydrogène : une autonomie de 500 km pour zéro émissions
Ainsi, le village de Tupigny accueillera prochainement une installation d’énergie renouvelable d’un type encore peu courant et très révolutionnaire.

Fondée en 2013, la PME VDN Group (VDN comme Vents du Nord) installera plusieurs éoliennes sur le territoire de la commune. Ensuite, grâce à un simple électrolyseur, l’électricité produite sera transformée en hydrogène, qui sera alors stocké dans une borne située au centre du village.

Cet hydrogène alimentera deux voitures, mises à disposition des habitant gratuitement, afin qu’ils puissent réaliser leurs démarches administratives à Laon, Château-Thierry, Saint-Quentin, Soissons ou encore Vervins.

L’éolien, une filière qui a tout intérêt à se développer en France

Et les applications potentielles de cette technologie ne s’arrêtent pas là. Couplé à du CO2, l’hydrogène peut également produire du méthane et être injecté sur le réseau de gaz. Des bâtiments et véhicules fonctionnent à l’hydrogène à travers des piles à combustibles.

Ce projet a été plutôt bien accueilli par la commune et ses habitants. Il est déjà dans sa deuxième phase de développement auprès des élus, pour aller plus loin dans la démarche et alimenter d’autres véhicules.  Selon l’entreprise qui en plus de l’éolien et du solaire compte bien s’investir désormais dans l’hydrogène, « il s’agit d’une solution pour la mobilité de demain et pour le stockage de l’énergie éolienne ».

Une solution crédible et efficace

Pouvant être utilisée sans limite, celle du vent et de l’eau, dans le cas de Tupigny, l’hydrogène se présente comme une solution crédible et efficace. Ouvrant des perspectives au monde rural cette énergie qui ne nécessite qu’un simple électrolyseur, peut, en le couplant à du gaz carbonique, produire du méthane et être injecté dans le réseau de gaz naturel. D’autant plus intéressant que selon une étude du cabinet américain KPMG réalisée en 2018, « Les constructeurs n’ont globalement pas foi dans le véhicule électrique, pourtant présenté comme incontournable ces derniers temps. En revanche, 78 % des dirigeants pensent que le véhicule à pile à combustible sera le nec plus ultra de la mobilité électrique », appuie VDN Group .

Vents Du Nord / Groupe

 

Actuellement on en est ou ?

Actuellement, le parc éolien français fournit une production annuelle de 20,7 TWh (données 2016). À la mi-janvier, un groupe de travail dédié à l’éolien a rendu son rapport et a émis plusieurs propositions pour parvenir à une plus large adoption de cette technologie. Ses auteurs proposent, entre autres, d’accélérer le contentieux relatif aux parcs éoliens terrestres et à leurs ouvrages connexes en ayant un contentieux en premier et dernier ressort devant la cour administrative d’appel, de clarifier les règles pour les projets de renouvellement des parcs en fin de vie et d’inciter le financement participatif des projets éoliens.

 

 

Sponsor

LAISSER UNE RÉACTION

Maintenant, c'est à vous de réagir !
Entre ton nom ici