A l’heure des emoji animés boostés par Apple et leur dernier iPhone et avec de plus en plus de contenus vidéos qui sont bien connus pour pomper du débit de données, internet doit évoluer pour relever le défi, celui du numérique 3.0, et cette révolution sera peut-être française.

Continuons notre dossier sur les deeptech françaises par une expérimentation menée par un laboratoire rennais. Cette start-up développe des composants et des outils issus de la recherche fondamentale en optique. Sa technologie performante et innovante attire des investisseurs du monde entier. Cette entreprise s’appelle Cailabs et pourrait bien révolutionner l’usage d’internet. Sa technologie dérivée de l’informatique quantique est baptisée Multi-Plane Light Conversion.Les Bretons changent la forme de la lumière au sein des fibres optiques, pour multiplier jusqu’à 400 fois la rapidité des débits. Leurs boîtiers de multiplexage permettent ainsi de faire passer plus de données dans la lumière.

l'équipe de la deeptech bretonne Cailabs
l’équipe de la deeptech bretonne Cailabs

Cailabs, le potentiel est énorme

En lien avec une entreprise japonaise, l’entreprise à testé sa technologie et les chiffres donnent le fourni. L’objectif est tenu au-delà des espérances. En effet, grâce à cette technologie, l’opérateur japonais KDDI a battu le record mondial de rapidité en octobre 2017, lors d’un test de petite portée (10 kilomètres), avec une vitesse de 10 millions de gigabits par seconde, soit 30 fois le débit Internet mondial actuel, ou encore la consommation de 500 millions de personnes regardant simultanément Netflix en 4K. Bien sûr, impossible de reproduire cette vitesse à grande échelle. Mais le potentiel de la technologie Cailabs est énorme, notamment pour l’industrie et pour les opérateurs télécoms, qui travaillent sur les réseaux de demain.

Le petit boitier de fibre optique développé par Cailabs
Le petit boitier de fibre optique développé par Cailabs

Le développement de la deeptech bretonne

Comme le souligne Ouest France, après l’installation, vient le temps de la croissance. Dès la fin 2013, la jeune pousse réalise une levée de fonds de 1,1 million d’euros. Les business angels et des fonds institutionnels leur apportent leur caution. Les fonds Inovacom et Kima Ventures (lancé par Xavier Niel) mettent la main au portefeuille. La stratégie s’oriente vers les entreprises, les universités, mais pas les particuliers, qui n’ont pas d’intérêt spécifique à voir leur débit augmenter de 100 méga/seconde à 4 gigabits.

Après une autre levée de fonds importante en 2015, Cailabs a réuni 5 millions d’euros € en juillet dernier. Un moyen de renforcer ses partenariats et d’accélérer son développement, comme l’explique Jean-François Morizur : « Cette levée nous donne les ressources nécessaires pour accélérer dans les réseaux locaux, tant en France qu’à l’international. » La société compte aujourd’hui 24 salariés sur son nouveau site rennais de 900 m², et table déjà sur 11 recrutements d’ici à la fin de l’année.

Comme indiqué aux magazine Les Echos, CAILabs est en pleine phase de décollage : sa croissance a explosé de 160 % l’an dernier pour atteindre un chiffre d’affaires de 540.000 euros.

En 2017, nous réaliserons encore une progression à 3 chiffres

estime le dirigeant, qui multiplie les recrutements. Une dizaine d’ingénieurs supplémentaires devraient en effet rejoindre, dans les prochaines semaines, l’équipe qui compte actuellement 24 personnes.

Un potentiel impressionnant
Un potentiel impressionnant

Car ses actionnaires ont de grandes ambitions, à l’instar de Starquest Capital qui souhaite désormais « transformer rapidement CAILabs en ETI mondiale ».

Après la France et l’Europe, la PME part à l’assaut du marché américain et nord-américain. « Nous avons été sélectionnés pour participer au programme Impact USA. Durant dix semaines, nous testons le marché et le moyen de nous y implanter », précisent les associés avec l’espoir d’y implanter un laboratoire.

Une technologie à surveiller en somme. Ne manquez pas notre prochain article sur le dossier #Deeptech. Inscrivez sur notre Newsletter. (un peu plus bas)

Sponsor

LAISSER UNE RÉACTION

Maintenant, c'est à vous de réagir !
Entre ton nom ici