Une chose est sûre, la France regorge de pépites. D’hommes et de femme prêts à affronter le dépassement de soi. C’est le cas de Serge Girard, un sexagénaire qui s’est attaqué à un record du monde, et qui pourrait même le battre.

[social_news]Serge Girard[/social_news] n’est pas le type de mec à se laisser aller. Ce gaillard de 63 printemps est en effet un adepte de la [social_news]marche à pied[/social_news], sur de longues distances.  Motivé par l’envie de casser son quotidien, de parcourir le Monde qui est pour lui “en train de changer” et de battre un record, il se donne comme objectif de parcourir 25 000 kilomètres sur quatre continents en 400 jours environ, soit environ un an et un mois.

Un concurrent de choix

Il s’attaquera donc au record du monde de la plus grande distance parcourue à pied détenu par l’Australien [social_news]Tom Deniss[/social_news] ( soit 26 232 km en 622 jours). Ce dernier aura donc commencé son périple à Sydney pour le finir 622 jours plus tard au même endroit mais après avoir traversé 18 Pays sur les 56 continents.

Tom Denniss à son retour du tour du monde.
Tom Denniss à son retour du tour du monde.

Interrogé par téléphone, Serge à expliqué au magazine [social_news]Vice[/social_news] :

Battre ce record est, en réalité, un prétexte pour mener une vie de nomade. Bouger tous les jours, ne jamais être au même endroit, ça empêche la routine de s’installer. Parcourir le monde à pied, c’est la meilleure façon que j’ai trouvée pour mener la vie dont je rêve

Pour accomplir son rêve, l’ancien conseiller financier est organisé et a pensé à tout. En effet, pour tout ce qui concerne le matériel et la logistique de son parcours, le Français est paré. Il se sera aussi attiré les sympathies de sponsors pouvant améliorer son quotidien lors de son périple.

Parti du trocadéro à Paris ce il y à un an jour pour jour, il s’est dirigé vers Lisbonne (au Portugal) puis a pris l’avion pour “sauter” l’Océan Atlantique. Serge Girard a effectué une traversée des États-Unis du sud par le nord, en évitant les très grandes villes, de Miami (Floride) à [social_news]Anchorage[/social_news] (Alaska), soit plus de 11 000 km de distance.

Il est ensuite passé par Hawaï et les îles Fidji avant de se rendre en Nouvelle-Zélande puis en Australie où il a passé le Nouvel An. Aux dernières nouvelles, l’homme se trouve en Afrique du Sud, près d’un an après son départ. Sa prochaine destination ? La Namibie, avant de s’envoler pour la Turquie afin de courir une dernière fois jusqu’à Paris, bouclant son tour du monde. Son arrivée sera fera en mars ou avril 2017.

Serge Girard au départ le petit matin en Californie
Serge Girard au départ le petit matin en Californie (Conway Summit)

Un exploit

La performance est hallucinante puisque Serge Girard, qui ne se sera reposé qu’une petite vingtaine de jours en un an de course à raison de 65 kilomètres par jour, voyages en avion inclus, ce qui est dérisoire. Son voyage lui aura permis d’observer une partie du monde et de se questionner. Ses rencontres avec de nombreuses personnes ou avec les ours d’Alaska (en pleine saison des amours) ainsi que la contemplation des paysages de Nouvelle-Zélande ne lui font pas oublier l’échec de l’intégration des aborigènes d’Australie ou encore l’élection récente de [social_news]Donald Trump[/social_news] et les interrogations que cet événement suscite. Il aura aussi eu le courage de traverser la [social_news]Death Valley[/social_news] de Californie avec ses 50° en courant.

Une préparation Olympique

Ce père de 3 enfants n’en est pas à son tour d’essais. Après plus de 30 ans à courir, il revendique plus de 200 000 km au compteur, soit les 3/4 de la distance terre-lune. Son exploit lui a demandé énormément de préparation physique. Nous pouvons notamment noter plus de 200 km/semaine de course à pied pour s’entretenir malgré son âge. Son entrainement digne des plus grands athlètes aura nécessité également assouplissements et musculation. Serge aura également profité d’une préparation mentale importante et des séances de [social_news]sophrologie[/social_news] afin de digérer les successions de journées intenses.

 

Sponsor

LAISSER UNE RÉACTION

Maintenant, c'est à vous de réagir !
Entre ton nom ici